20190616 170626

Compte-rendu de la rencontre de Relais du groupe de Lyon le 21/06

Présents : Elisabeth Eyraud, Elisabeth De Dinechin, Michèle Layachi, Geneviève et Jean-Pierre Giot, Michel et Carole Vial, Clemens et Marie-Paule Voorhoeve, Franck et Christine Piaton, nos hôtes.

Pour commencer nous avons chanté

Viens, Esprit de sainteté,

Viens, Esprit de lumière,

Viens, Esprit de feu,

Viens nous embraser.

1. Viens, Esprit du père, sois la lumière,

Fais jaillir des cieux ta splendeur de gloire.

2. Viens, onction céleste, source d'eau vive,

Affermis nos cœurs et guéris nos corps.

3. Esprit d'allégresse, joie de l'Eglise,

Fais jaillir des cœurs le chant de l'agneau.

4. Fais-nous reconnaitre l'Amour du père,

Et révèle-nous la Face du Christ.

5. Feu qui illumine, souffle de vie,

Par toi resplendit la croix du Seigneur.

6. Témoin véridique, tu nous entraines

A proclamer: Christ est ressuscité.

 

Puis chacun de nous a dit son témoignage relatant la manière dont nous avons vécu le confinement, comment nous avons senti la présence de l’Esprit Saint et quelle place Il tient dans notre vie.

Carole et Michel ont très bien vécu cette période comme s’ils étaient dans un autre monde. Ils ont prié pour que le monde change et ont évité de trop regarder les actualités pour garder leur sérénité. Ils ont rencontré des personnes qui désiraient voir d’autres personnes et à 4, tout en respectant les distances, ils se sont promenés dans leur quartier et ont découvert avec émerveillement la nature qui s’éveillait au printemps. Ils ont regretté de ne pas pouvoir fêter leurs 40 ans de mariage. Anne-Sophie et son compagnon se sont sentis moins différents et se sont bien entendus. Carole a beaucoup parlé du Saint Esprit à Valpré l’an dernier à la rencontre régionale car elle s’était sentie aidée quand Anne-Sophie allait mal et avait trouvé les mots et les gestes appropriés pour la calmer. Michel a parlé du souffle saint, le pneuma agios chez les grecs orthodoxes, qui ont de nombreuses églises et icônes en son honneur.

Jean-Pierre et Geneviève n’ont pas trouvé le confinement pénible si ce n’est la difficulté rencontrée pour faire les courses. La messe à Lourdes sur KTO les a portés dans la prière. Jean-Pierre s’adresse au Père et au Fils plutôt qu’à l’Esprit.

Pour Franck le Saint Esprit est une conviction qu’il a approfondie pendant ses années de séminaire et qu’il a vu agir pendant la maladie de ses enfants en l’aidant à tenir le coup. Bertrand et sa nouvelle compagne non chrétienne sont allés à la messe avec lui l’été dernier et il a demandé à son père s’il pouvait communier, signe que l’Esprit agit dans son cœur. Le confinement leur a permis de découvrir la messe à 12h tous les jours avec Mgr Rey, évêque de Toulon sur le site Hosannah. Quant à Christine, son épouse, elle trouve le Saint Esprit plus abstrait que les 2 autres personnes de la trinité mais constate cependant qu’Il l’inspire et l’aide même si elle ne le prie pas.

Michèle relève que dans le credo on dit « je crois en l’Esprit Saint qui est Seigneur et qui donne la Vie ». Dans l’expérience douloureuse de la mort de sa fille elle a bien senti et ressent encore que sans Lui elle serait entrainée vers la mort. C’est par le manque d’envie de vivre qu’elle se rend compte de son action de Vie encore faut-il l’accepter ! Elle a pu réaliser un travail qui la dépassait, débarrasser et vendre la maison familiale de ses parents, grâce à l’aide de personnes et de l’Esprit Saint qui lui a donné la force de l’accomplir, jusqu’à même supporter des personnes insupportables.

Elisabeth et son mari Georges ont suivi la messe du Pape tous les jours ce qui les a beaucoup aidés à vivre le confinement. Son mari a été bien soigné pour une péritonite à la clinique protestante et s’est plongé dans la Bible mise à disposition dans sa chambre avec beaucoup d’intérêt. Ils ont vu leurs petits enfants par whatsApp. Avec Jérôme c’était plus compliqué. Dans leur famille ils voient l’action de l’Esprit Saint à travers les réflexions de leurs petits-enfants et l’humour avec lequel Dieu écrit droit dans des parcours parfois bien compliqués !

Elisabeth 2 a vécu le confinement pendant 1 mois avec Irénée qui a du mal à respecter les règles et dont le rythme est très différent du sien. Le travail de l’Esprit Saint lui a permis d’accepter la situation en se protégeant par rapport au bruit et en cachant la nourriture puis en laissant tomber le nettoyage au gel hydro-alcoolique. Il a quitté la maison sans dire où il allait et pendant 4 jours elle n’a pas eu de nouvelles. Il s’est retrouvé au service d’urgences d’Edouard Herriot et a demandé des cigarettes. N’en pouvant plus elle lui a dit de retourner au Vinatier. Un service d’écoute a été mis en place au Vinatier pendant le confinement et ainsi elle a pu être aidée et son fils aussi. Elle s’adresse rarement à l’Esprit Saint mais reconnait son aide quand elle voit les fruits. Elle accepte mieux ses limites et admet celles de son fils. Cette prise de conscience est due à l’action du Saint Esprit.

Clemens a vécu un confinement idéal au jardin, en famille, sans barrière. Il a découvert le Saint Esprit pendant toute sa vie d’abord dans l’enseignement dispensé par l’église réformée au Pays Bas qui lui a donnée de bonnes bases ; ses parents pasteurs qui ont été un modèle puis à travers les évènements tragiques vécus au Congo après l’indépendance où les missionnaires ont été persécutés et beaucoup tués. Ils ont découvert qu’ils travaillaient pour le même Dieu et ceux qui ont survécu ont été plus ouverts aux autres confessions chrétiennes. Ce qui a été semé porte des fruits avec les missionnaires africains qui viennent suppléer au manque de prêtres. L’Esprit Saint n’est pas un inconnu, il a pu voir son action, pourquoi douter !

Marie-Paule a accepté la proposition du foyer de Catherine qui a demandé de l’accueillir pendant cette période. Elle a pu ainsi profiter de la belle nature de St Genis dans le jardin, à pieds et en vélo avec Catherine puis après une quatorzaine de rigueur car il y a eu 6 cas de covid dans le foyer, avec ses 3 petits-enfants et leurs parents en télétravail à côté. Les activités ont été changées mais le plaisir était décuplé. Quant à l’Esprit Saint c’est une longue histoire qui commence il y a 42 ans au Congo avec la découverte du renouveau charismatique grâce à un ami prêtre. Puis de celle d’églises évangéliques au Congo et à Lyon puis de la communauté du chemin neuf qui l’a conduite à retrouver l’église catholique. A travers ces expériences elle a pu expérimenter l’action du Saint Esprit comme dans les actes des apôtres ; effusion de l’Esprit, guérisons, prière communautaire et goût de la Parole de Dieu…La maladie des enfants lui a fait découvrir Relais et le soutien spirituel qu’il apporte. Le service demandé par le président de l’époque pour créer un groupe sur Lyon a pu être réalisé grâce à une équipe d’animation, avec le Saint Esprit qui est une force rassurante. On n’a pas peur car « Ensemble, c’est tout ».

Marie-Paule

Recherche

Où sommes-nous ?

carte google

Chaque Jeudi à l’heure d’un Angélus, nous prions pour tous les membres des groupes Relais Lumière Espérance. Ainsi, dans une prière commune nous nous soutenons tous les uns les autres.

Ecoute, Seigneur, réponds-moi, car je suis pauvre et malheureux.
Veille sur moi qui suis fidèle, Ô mon Dieu,
Sauve ton serviteur qui s’appuie sur Toi.

Extrait de la Prière de Relais