Mardi 14 septembre Fête de la croix glorieuse

Prier l'Esprit saint et lire le texte en 3 parties, puis demander une grâce, par exemple regarder la croix avec amour et reconnaissance, puis prendre quelques minutes sur chaque partie. Relire cette partie, imaginer la scène, choisir quel disciple je suis, écouter ce qu'il entend, ressent, fait. Rester sur ce qui a du goût, ce qui me touche. Puis la 2e partie, la 3e, et finir par un moment de dialogue avec le Seigneur. 

Évangile (Jn 3, 13-17)

Jésus disait à Nicodème : « Nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme.

De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle.

Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé

Première partie de l'évangile du jour.

Jésus disait à Nicodème : « Nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme.

L'expression “Fils de l'homme” correspond à une prophétie de Daniel 7,13-14: “Je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d’homme ; il parvint jusqu’au Vieillard, et on le fit avancer devant lui. Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et les gens de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite.” Jésus emploie régulièrement cette expression pour parler de lui dans sa mission ou sa mort. Celui qui est descendu du ciel est le Fils de l'homme préexistant, il était auparavant “en haut”, c'est-à-dire auprès du Père.

Je peux contempler Jésus descendant chez les hommes par amour pour nous, s'incarnant pour nous rejoindre et nous sauver.

 Deuxième partie de l'évangile du jour.

De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle.

L'évangile de Jean ne présente pas la mort de Jésus comme une chute, mais comme une montée vers le Père et un remède pour les hommes. Moïse a élevé un serpent, symbole du mal, en bronze et ceux qui l'ont regardé ont été guéris de leurs morsures extérieures (première lecture). De même le Fils de l'homme sera élevé sur une croix, symbole de l'horreur, et ceux qui le regarderont verront son amour extrême et seront guéris des morsures intérieures du mal qui a produit sa mort et qui tue la vie divine en nous. Ce sont la jalousie, la haine, la peur, l'attachement au pouvoir, la rigidité légaliste, la lâcheté, etc.

Je peux prendre quelques minutes pour contempler Jésus en croix, non pas vaincu, mais victorieux de la haine, du mensonge et de la violence. IL a tout pardonné et aimé jusqu'au bout.

Troisième partie de l'évangile du jour.

Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.

Je peux prendre quelques minutes pour contempler Jésus don du Père, le Sauveur, le Vainqueur du combat essentiel, mondial et définitif, passé par nos souffrances et nos morts pour répandre la Vie immortelle, le Vivant venu pour quiconque, saint ou pécheur...

Je termine par 5 minutes de dialogue amical avec Jésus. Qu'ai-je envie de lui dire? Il m'appelle à …............. ? Conclure par un signe de croix ou un chant, me lever, noter mon vécu plus tard.